42959047_766015850396701_330110036607814
Jean-Christophe Gondouin est né en 1967 à Carpentras.​
Il découvre très jeune le désir de dessiner et de peindre.
En 1980, il dévoile pour la première fois quelques toiles dans une exposition collective.
Au fil des ans, sa peinture se précise. On retrouve alors régulièrement ses œuvres dans les galeries du sud-est de la France.
C'est en 1990 qu'il quitte le Vaucluse pour aller s'installer à Paris où il prend très vite des cours aux beaux-arts afin d'approfondir sa technique picturale.
Egalement attiré par l'opéra, il décide de s'initier au chant par le biais du conservatoire.

Après trois ans d'études lyriques, il devient chanteur professionnel et se produit sur diverses scènes nationales.​

Quelques années durant, il mènera de front une double carrière de chanteur et de peintre, alternant les productions lyriques et les expositions en Provence.
En 2001, il décide d'arrêter de chanter pour se consacrer pleinement à la passion qui le dévore tout entier, "la peinture".
Dès lors, il exposera dans diverses Galeries Parisiennes.
Aujourd'hui, il vit de nouveau dans le Vaucluse, à Caromb, où il poursuit sa démarche artistique en tant
que peintre et professeur de peinture.
Charlyne 2019 40x40cm PF copie 2.jpg

Je ne sais pas bien ce que veut dire être “soi-même“ mais j'essaie dans chacun de mes tableaux d'être naturellement moi même et profondément sincère, de suivre mes envies, mes désirs, et surtout de ne pas répondre aux attentes féroces de tout ce qui m'entoure.

D'ailleurs, je n'ai jamais flirté avec la mode du moment ou essayé de suivre un quelconque mouvement artistique.


La pertinence ne se cherche pas, elle est intrinsèquement "nous".

Chaque homme, chaque artiste est pertinent et singulier s'il est simple et sincère dans sa démarche.


Techniquement je privilégie le travail d'après nature.

La rencontre avec le sujet, quel qu'il soit, m'impressionne toujours.

Malgré la peur que je ressens, de ne pas être à la hauteur de sa magnificence, j'essaie de trouver en lui les choses  essentielles à retranscrire.

De préférence, afin de garder la fraicheur de cette rencontre, je termine mes tableaux en une seule séance, hormis certains très grands formats.


Les yeux plissés j'entrevois des masses plus ou moins colorées, plus ou moins sombres, je cherche une harmonie, puis je pose mes couleurs préalablement travaillées les unes à côté des autres, et j'arrête de peindre dès lors que la conversation avec le modèle me semble terminée.

Jean-Christophe Gondouin